First Responder

SIRMED_First_Responder_Symposium_2019

Programm

Informations­flyer

Inscription

First Responder Symposium : qu’est-ce que c’est ?

Tous les ans depuis 2009, au mois de mars, Nottwil accueille le First Responder Symposium. À cette occasion, 200 à 300 personnes intéressées venues de toute la Suisse et des régions frontalières se réunissent pour actualiser leurs connaissances et échanger avec des personnes partageant les mêmes intérêts. Le symposium propose des conférences, des ateliers et un salon spécialisé. La restauration est comprise dans les frais d’inscription.

Le First Responder Symposium bénéficie du soutien de partenaires officiels : l’interassociation de sauvetage (IAS), le Swiss Resuscitation Council (SRC) et l’association suisse des sanitaires d’entreprise (ASSE).

  • L’expression anglaise first responder (FR) signifie littéralement « premier répondant » ou, plus librement, personne apportant les premiers secours.

    La population comprend en général que les first responders sont des personnes ou des organismes extérieurs au système de secours habituel, qui offrent une forme de premiers secours organisés et réalisent les gestes nécessaires en cas d’urgence médicale en attendant l’arrivée d’un véhicule de secours. Les termes « sauveteur » ou « samaritain » désignent au contraire les personnes présentes par hasard sur les lieux d’un accident et qui apportent leur aide.

    En l’absence de définition officielle claire, le terme first responder est utilisé actuellement en Suisse de différentes manières, souvent par les pompiers, pour les éléments de première intervention des services sanitaires.

  • Les first responders réalisent les gestes de premiers secours sur les patients, communiquent avec les services de secours et la centrale d’appels sanitaires urgents et prennent en charge le patient en situation d’urgence en attendant l’arrivée des services de secours. Si besoin, les first responders aident ensuite les services de secours.

    La création de ces systèmes vient du fait que chaque minute qui passe réduit d’environ 10 % les chances de réanimation en cas d’arrêt cardiorespiratoire. En règle générale, les first responders assurent des soins de niveau Basic Life Support (BLS). La défibrillation à l’aide d’un défibrillateur automatisé externe (DAE) fait aujourd’hui partie des gestes de base. Il existe cependant aussi des systèmes comprenant du personnel professionnel et qui assurent des prestations de niveau ACLS.

    Les systèmes de first responders doivent toujours être considérés comme un complément aux services de secours habituels, jamais comme un service concurrent ou remplaçant.

    Les systèmes de first responders sont nés du constat que les services de secours organisés mettent souvent trop de temps à arriver sur le lieu d’intervention, pour éviter de graves problèmes de santé aux patients en situation d’urgence, ainsi qu’en raison du faible taux de formation aux premiers secours de la population.

  • Si seuls quelques rares systèmes avaient progressivement assumé cette mission jusqu’alors, cette forme d’assistance se répand très rapidement depuis quelque temps. Les raisons sont multiples. Les médias ont permis de porter à l’attention du public les questions de « l’arrêt cardiorespiratoire et [de] la réanimation » et, d’une certaine manière, de les populariser. De plus, la nécessité et le principe du système ont été reconnus et certains projets pilotes ont montré de bons résultats.

    Il n’existe aujourd’hui en Suisse aucune disposition ou organisation commune. Jusqu’ici, seuls quelques cantons ont édicté des bases claires de mise en place et de fonctionnement. Pour l’essentiel, la formation, l’équipement et les formes d’organisation sont encore régis par des dispositions très variables.

    Les groupes de first responders sont en général prévenus par le biais de la centrale d’appels sanitaires urgents 144. Les interventions sont régulées différemment selon les lieux. Les groupes de first responders sont en général alertés lorsque le service de secours compétent est trop éloigné du lieu de l’événement ou lorsque l’appel d’urgence laisse présager un risque de mort imminent.

    On comprend certes aisément que les nuits et les week-ends soient les plus faciles à assurer dans une organisation fonctionnant selon un système de milice, mais les systèmes de first responders ont surtout du sens lorsqu’ils fonctionnent 24 h/24 et 365 jours par an.

  • Les first responders doivent être formés sérieusement à la réalisation des gestes qui sauvent. Ils doivent donc accomplir, au minimum, une formation BLS et AED. Dans certains endroits, ils effectuent également des stages dans des services de secours. Il est également judicieux d’acquérir une qualification de base pour la prise en charge des traumatismes et la manipulation des principaux équipements du service de secours. Les autres qualifications dépendent essentiellement des interventions définies. Outre l’assistance qualifiée apportée aux patients touchés, la formation a également pour objectif de préserver les membres des groupes de first responders de tout surmenage en intervention.

    Les indications  pour l’intervention des groupes de first responders sont définies de manière variable. Elles couvrent en général :

    • Personnes inanimées
    • Douleur thoracique
    • Détresse respiratoire
    • Perte de connaissance

    Dans l’attente de l’arrivée des services de secours, certains systèmes interviennent également en cas de traumatismes graves ou d’urgences concernant des enfants, ou même dans toutes les situations d’urgence.

  • L’équipement doit couvrir les domaines de la sécurité, de la médecine et de la communication. Il est géré de manière très différente selon les lieux. Il comprend en général :
     

    Sécurité

    • Gilet de sécurité
    • Tenue de service (combinaison, veste, bottes)
    • Extincteur
    • Triopan
       

    Matériel médical

    • Trousse ou sac à dos de premiers secours
    • Système à oxygène
    • Défibrillateur automatisé externe (DAE).


    Moyens de communication

    • Téléphone portable
    • Radiomessagerie/pager
    • Appareil radio portatif


    Véhicules

    Les véhicules utilisés sont ceux des sapeurs-pompiers, la voiture personnelle du secouriste, éventuellement équipée d’un avertisseur lumineux amovible « en service » ou, dans l’idéal, des véhicules mis spécialement à disposition des first responders. La question de la navigation doit être prise en compte lors de l’équipement des véhicules.


    Financement

    La sécurité juridique, l’assurance et le financement font aujourd’hui partie des problèmes les plus complexes. Les frais de fonctionnement découlent en majorité des éléments suivants :

    • Formation
    • Équipement
    • Rémunération
    • Frais d’alerte
    • Consommables
    • Coût d’utilisation des véhicules

10e anniversaire

Synthèses

Adhérez maintenant et touchez le montant de soutien pour bienfaiteurs de CHF 250 000 en cas de coup dur.

Faites un don maintenant et soutenez nos projets en faveur des paralysés médullaires.