Des robots qui mettent en mouvement des muscles paralysés, des dispositifs d'aide à la marche qui remplacent le fauteuil roulant : les technologies d'assistance progressent et les attentes en matière d'inventions innovantes sont importantes. Objectif : La technologie aide les personnes handicapées de manière optimale et leur facilite la vie.

Le Centre suisse des paraplégiques (CSP) soutient l’ETH sous la forme d’une collaboration dans le développement de l’aide à la marche robotisée «Varileg».


Utile en thérapie 

Au CSP, la robotique fait déjà partie du quotidien thérapeutique : La technologie d’assistance fait partie intégrante de la rééducation des personnes atteintes de paralysie médullaire. La robotique aide les patients à retrouver leur motricité. Nous l’utilisons également dans le domaine thérapeutique pour soulager la spasticité et la douleur par exemple. En principe, un appareil aide le patient à effectuer un mouvement qu'il ne pouvait pas effectuer sans soutien technique.

La robotique est particulièrement utile lorsque les nerfs et les muscles fonctionnement encore partiellement. L'objectif est de les réveiller et de les faire travailler. Le système nerveux peut être activé grâce à de nombreuses répétitions. «Il apprend en répétant le même mouvement des milliers de fois.»

 

La robotique aide les patients à retrouver leur motricité.

Soulagement au quotidien

La robotique ne peut pas faire de miracle. Qu’un patient apprenne à marcher entièrement avec un Lokomat ou Motionmaker n’est, dans la plupart des cas, pas possible et pas le but. Pour chaque patient, il s'agit d’atteindre des objectifs que nous avons. Il peut s'agir de parvenir à se retourner dans son lit ou à lever légèrement les jambes lors du transfert du fauteuil roulant à la voiture. Ou encore d’apprendre à amener la fourchette à la bouche pour un tétraplégique. Ce sont toutes des compétences importantes qui représentent un grand soulagement au quotidien pour les paralysés.

Différents appareils robotisés sont utilisés au CSP.

  • On the Lokomat, patients are suspended on a piece of equipment in such a way that they are able to walk on a treadmill with a small amount of body weight – supported by a robotic mechanism that is attached to their legs. The robot makes the stepping movement, while the individual with spinal cord injury tries to support the movement to the best of their ability.

  • An exoskeleton enables the patient to walk slowly, together with sticks and two people helping. The machine stipulates the movement, and the person with spinal cord injury moves their legs with the aid of the robot. The objective may not simply be to learn to walk again. The device has a wide range of benefits: walking upright is good for blood circulation and the circulatory system, as well as giving the individual with spinal cord injury a better feeling of balance and alleviating cramp in paralysed muscles. It reduces spasticity and cramps. It can even help to improve sitting upright in the wheelchair. The exoskeleton also enables nerve pain to be alleviated.

  • Robotic arms are available for tetraplegic patients who are not able to move their upper extremities or can only do so with restrictions. The robotic arms take away the weight of the arm itself, meaning that various movements are as easy as possible for the patient to execute. The devices are connected to a computer, and the patient uses movements to operate a game on the screen. This strengthens the arm and improves coordination. The robot arm helps to reactivate residual function in muscles.

  • The Motionmaker is a piece of equipment with which the patient performs bending, stretching and bike riding movements with their legs. The special feature of this piece of equipment is that the movements are initiated using electrical stimulation. Electrodes are attached to the legs of the individual with spinal cord injury. Electrical stimulation is used to stimulate the nerves, and small current pulses cause the muscle to contract. When electrical stimulation stops, the muscle slackens, triggering the movement. The device stimulates and strengthens even paralysed muscles. This can be useful for gluteal muscles, as it creates “padding” that helps to avoid pressure sores.

Nos spécialistes

  • Ines Bersch-Porada

    Responsable centre FES international et responsable robotique

  • Dr méd. Michael Baumberger

    Médecin-chef Paraplégiologie et médecine de rééducation

  • Diana Sigrist-Nix

    Responsable rééducation

Contact

Heures d’ouverture du secrétariat

du lundi au jeudi :
8h00 - 12h00
13h00 - 17h00

Vendredi :
8h00 - 12h00
13h00 - 16h00

Adhérez maintenant et touchez le montant de soutien pour bienfaiteurs de CHF 250 000 en cas de coup dur.

Faites un don maintenant et soutenez nos projets en faveur des paralysés médullaires.