Besondere Spende

Un don pas comme les autres

Jede Spende zählt

Spendenbetrag auswählen

Egal in welcher Höhe, Sie leisten einen wichtigen Beitrag für Querschnittgelähmte.

La Fondation suisse pour paraplégiques dépend de dons. Ce n’est que grâce au soutien généreux par de nombreuses personnes que nous sommes en mesure d’accompagner les para et tétraplégiques de manière exhaustive et tout le long de leur vie. Outre le bon nombre d’entreprises, de fondations et de particuliers, il y a régulièrement des occasions et des idées innovantes pour soutenir la Fondation suisse pour paraplégiques. Un grand merci pour ces engagements précieux.

Vous souhaitez faire une bonne action et soutenir les blessés médullaires ?

Communiquez votre idée. Appelez-nous ou envoyez-nous un e-mail. Nous nous réjouissons d’ores et déjà d’obtenir un aperçu de votre projet. Toutes les idées sont les bienvenues. Si vous désirez obtenir plus de précisions sur nos projets de collecte de fonds, veuillez nous le faire savoir. Nous nous ferons un plaisir de vous renseigner.

Renseignements et contact

«La clé du succès en deux mots? Se démener.» Citation de Johann Wolfgang von Goethe

Des collectes de fonds spéciales au cours des dernières années

Concert pour les patient-es – avec distanciation sociale

  • Le 10 décembre 2020, Coca-Cola Suisse a surpris les patientes et patients du Centre suisse des paraplégiques avec un concert exclusif. Nous remercions les participant-es pour ce concert touchant pendant cette période de Noël particulière ainsi que Coca-Cola suisse pour le don généreux de CHF 5000.

Vente de baumes à lèvres pour la Fondation suisse pour paraplégiques

  • La paralysie médullaire de son oncle a montré à Melina la vitesse à laquelle la vie peut changer. Après une paralysie médullaire due à une maladie, il a passé neuf mois au Centre suisse des paraplégiques pour y faire une rééducation. Cette expérience a incité Melina à s’engager en faveur des personnes blessées médullaires. La jeune femme de 26 ans a alors lancé une vente de baumes à lèvres spéciaux et versé deux francs par baume vendu à la Fondation suisse pour paraplégiques. Convaincue elle-même par les qualités de ces baumes à lèvres, Melina veut faire le bien tout en appelant les gens à faire le bien par un don.

    Nous la remercions vivement pour son engagement et lui souhaitons tout de bon. 

Une cavalcade pour récolter des dons

  • Grâce à une cavalcade pendant laquelle elle a récolté des dons, Samantha Wildi a pu remettre plus de CHF 4000 à la Fondation suisse pour paraplégiques. Autant le dire, la physiothérapeute employée au CSP n'a pas compté les heures qu'elle a prises sur son temps libre pour y parvenir. Plus de 200 personnes sont venues à Willisau parmi lesquels 66 cavaliers qui ont parcouru les 54 kilomètres du circuit sur son cheval.
    D'où lui vient cette motivation ? 
    J'ai vu beaucoup de gens passer pendant mon activité au CSP qui n'avaient pas les moyens de s'offrir des choses qui pourtant amélioreraient grandement leur quotidien. «Tout n'est pas couvert par les cotisations des membres ou l'aide directe.» Ce n'est pas donné à tout le monde de financer un nouveau coussin d'assise qui coûte CHF 800. «Je vois bien à quel point certains blessés médullaires ont vraiment besoin d'être aidés. C'est pour eux que j'ai récolté ces dons».

Adhérez, vous aussi. Maintenant.

Randonnée pour un ami

  • Alex, l’un des meilleurs amis de Samuel Shabi, est paralysé médullaire depuis un accident survenu à la mi-mars. Cette coupure dans sa vie n'a pas changé leur amitié mais elle a modifié les projets de vacances de Samuel. Aidé par 4 amis, ce dernier a créé l’association « Marcher pour aider » puis est parti le 14 juillet 2020 faire une randonnée de 3 semaines à travers la Suisse. Sur les 390 kilomètres de la «Via Alpina», le jeune homme de 20 ans a récolté des dons pour Alex et pour notre fondation. Un projet sportif émouvant, qui vient du fond du cœur !

    Nous avons été très impressionnés par l’initiative « Marcher pour aider », et sommes infiniment reconnaissants d'avoir reçu 4450 francs de leur part. Nous souhaitons à Alex et à ses amis tout le meilleur pour la suite !

« Je cours pour ceux et celles qui ne le peuvent plus »

  • « Je cours pour ceux et celles qui ne le peuvent plus », explique Daniela Agostini, participante de l’Ultimate Challenge. Lors de ce défi, il faut parcourir à pied le plus de kilomètres possible en 92 jours. Daniela Agostini veut faire chaque jour au moins 7,3 km et parfois, elle même pendant six heures.

    Outre la marche, c’est surtout la collecte de fonds en faveur de la Fondation suisse pour paraplégiques qui lui tient à cœur. « Je suis membre permanent depuis de nombreuses années et je savais tout de suite que je voudrais collecter des fonds pour cette action. La Fondation et le Centre suisse des paraplégiques feront toujours partie de ma vie – j’ai rencontré mon mari lors d’une visite guidée du Centre suisse des paraplégiques. »

    Nous remercions Daniela vivement pour sa solidarité et la collecte de fonds.

Journal scolaire

  • Deux classes primaires dans le canton d’Appenzell Rhodes-Extérieures ont décidé de faire don des recettes de leur journal scolaire en faveur de la Fondation suisse pour paraplégiques, plus précisément du Centre suisse des paraplégiques.

    Les élèves de cette 2ème, respectivement 5ème classe, ont vendu leur journal lors de la fête cantonale de lutte suisse en été 2019. L’idée était d’acheter des glaces pour tous les enfants et de faire don du reste. C’est la Fondation suisse pour paraplégiques qui reçoit le solde parce qu’un des leurs est en chaise roulante.

    Nous tenons à remercier les élèves de l’école de Stein en Appenzell Rhodes-Extérieures pour leur solidarité et leur don.

Le fromage « Engeli Chäs »

  • Après un accident dans la forêt pendant qu’il coupait un arbre, Peter Hofstetter sait que cela signifie que de se battre pour se refaire une vie. Il est profondément impressionné par le travail effectué au Centre suisse des paraplégiques à Nottwil où il a profité de l’expérience de longue date des spécialistes. Cela l’a incité à dire merci de façon très spéciale.

    Propriétaire de la fromagerie Emscha, Peter Hofstetter voulait lancer une action avec son propre produit : il avait donc l’idée de vendre son fromage « Engeli Chäs » et de faire don d'une partie des recettes à la Fondation suisse pour paraplégiques. Avec Coop, il a même trouvé le partenaire idéal. En effet, l'action a cartonné et 3000 francs ont été collectés. La remise du chèque a eu lieu le 11 février 2020 au ParaForum, l'espace visiteurs de la Fondation suisse pour paraplégiques.

    engeli-kaesli-scheckuebergabe-schweizer-paraplegiker-stiftung

Un calendrier de l’Avent très particulier

  • Chaque année, ce sont les mêmes questions : « Maman, vous faites un calendrier de l’Avent ? Qu’est-ce que vous nous offrez ? »

    Un peu embêtée par les attentes de ses deux enfants (5 et 8 ans), Rebecca Schreiber de Walzenhausen (AR) a eu une idée spéciale. Toute contente, elle se rend à la banque pour retirer 24 pièces de 5 francs. Puis, elle les met dans le calendrier de l’Avent des enfants. Pourquoi ? « Je trouve que nous faisons trop de cadeaux à nos enfants. Les nouveaux jouets les occupent pendant un mois environ, puis sont oubliés. » Rebecca a donc décidé de supprimer les petits cadeaux du jour pendant l’Avent à partir de 2019.

    Dans une petite lettre adressée à ses enfants, la maman explique que la pièce de cinq francs du calendrier sera mise dans une tirelire spéciale. L'objectif est de vider la tirelire le 24 décembre et de faire don de l’argent collecté à une institution d'utilité publique. Pour cette première, Rebecca a choisi la Fondation suisse pour paraplégiques (FSP) qui devrait bénéficier.

    En discutant ce nouveau type de calendrier de l’Avent, la paralysie médullaire a été vivement discutée lors du souper en famille. La maman a pris le temps d’expliquer l’objectif de la FSP. « Maman, ça pourrait arriver à nous aussi, non ? Je trouve ça une bonne idée. Nous, on va bien, on a tout. Et le Père Noël passera bientôt pour nous offrir quelque chose. »

    Nous avons reçu la jolie somme de 120 francs des Schreiber le 23 décembre 2019 déjà. Merci de tout cœur !

Un projet scolaire digne d'un conte de Noël

  • Mara Brun et ses amies vont en 3e classe de l’école secondaire à Hitzkirch (LU). Pendant un cours de projet, les élèves avaient pour mission de mettre en œuvre un projet quelconque dans des groupes de quatre personnes. Les adolescentes savaient dès le départ que leur projet serait lié au domaine social.

    L’idée était de produire des articles de Noël faits maison (petits gâteaux, amandes grillées, cartes, etc.), de les vendre dans les communes de Hitzkirch et Schongau et de verser l’argent collecté à une institution dans la région. Étant donné que trois d’entre elles allaient commencer une formation dans le domaine de la santé, elles se sont rapidement mises d'accord de faire don à la Fondation suisse pour paraplégiques.

    Ainsi, le 3 décembre 2019, les quatre amies ont remis personnellement à la Fondation suisse pour paraplégiques le don généreux de 650 francs. Nous les remercions vivement de cette idée extraordinaire et du soutien dont pourront bénéficier les personnes blessées médullaires.

Mount Everest Challenge

  • L’association PatriaFit Sarganserland a relevé un grand défi : grimper des cordes l’équivalent de la hauteur de l’Everest, soit 8848 mètres, en 12 heures. Ces cordes étant 4 m de long, cela fait que les sportives et sportifs ont dû monter 2212 fois au total. Le public de la manifestation a aussi participé à cette épreuve épuisante. À la grande surprise de tout le monde, l’objectif a déjà été atteint quatre heures avant le délai. « Je suis tout ému, » dit le co-organisateur de l’événement, Claudio Gall. « Quelques participantes et participants ont même fait dix mille mètres, ce sont quand même 250 fois la corde. » Cette action a permis de collecter des fonds pour la Fondation suisse pour paraplégiques, 1538 francs. Bravo et un grand merci !

Œuvre de charité dans l'eau

  • Le dimanche 11 août 2019, à 7 heures, les deux étudiants en sciences du sport, Gian Gmünder et Luca Beugger, ont plongé dans les eaux tempérées du lac de Sempach en ce beau matin ensoleillé afin de réaliser leur projet de faire œuvre de charité en nageant… pas loin de douze heures. Près du but, les deux jeunes nageurs, qui se sont relayés l'un l'autre, ont été surpris par un orage qui a mis fin à 18 h 45 à leurs traversées, qui se sont, ma fois, très bien déroulées.  Au total, ils auront parcouru 28 537 mètres et traversé le lac de Sempach six fois à eux deux (aller et retour). Quel sens les deux nageurs ont voulu donner à cette performance à la fois sportive et caritative? Soutenir la Fondation suisse pour paraplégiques et, à travers elle, le Centre suisse des paraplégiques. «Je me sens lié au Centre suisse des paraplégiques à Nottwil du fait de ma famille», explique Gian Gmünder. En effet, son grand-père a bien connu et travaillé avec Guido A. Zäch. «Pour nous, c'était clair dès le début que nous voulions soutenir les blessés médullaires en nageant».

    Ce formidable événement et les nombreuses personnes qui l'ont porté ont permis de récolter des dons d'un montant de CHF 5 510, en faveur de la Fondation suisse pour paraplégiques. Nos vifs remerciements à Gian et Luca pour cette prouesse sportive.

    Film retraçant l'événement

Challenge du Mont Cervin

  • «Entreprendre quelque chose qui me plaît et qui en plus sert aux autres», c'est ce que Julia Jauch s'était mise en tête de faire dans le cadre du projet final de sa dernière année de secondaire. La jeune fille originaire du canton d'Uri, fan de course à pied et de foot, s'est renseignée auprès de différentes fondations. «J'ai finalement choisi la Fondation pour paraplégiques. Aussi parce que l'objet de mon projet tournait autour de la course à pied», explique l'écolière qui a baptisé sa course «Challenge du Mont Cervin». Courir 200 km à pied et en compétition en trois mois – soit la distance entre chez elle et le haut du Mont Cervin. Car son rêve est de participer à la fameuse course du Mont Cervin.

    Julia élabore un programme d'entraînement, se met à la recherche de sponsors et enchaîne les kilomètres sur les pentes raides de Bristen. La montre au poignet afin de documenter son parcours. «C'était vraiment cool, tous les gens du village qui m'encourageaient», se souvient-elle. «Il y avait aussi des camarades qui me rejoignaient, ça m'a énormément boostée.» Julia a vécu beaucoup de moments forts. «Je croyais que le dernier kilomètre allait être le plus beau. Mais, quel bonheur ça a été pour moi de battre mon propre record lors des foulées du lac de Sempach.» Elle n'a pas compté les heures passées à courir sous la pluie, ni les efforts qu'elle a dû faire pour concilier l'école et le foot, surtout qu'en plus il a fallu qu'elle gère l'asthme d'effort dont elle souffre. «Jeter l'éponge? Non, cette pensée ne m'a pas effleurée, je savais pour qui je faisais tout cela», ajoute-t-elle. Au final: 200,2 km en 23 heures et 50 minutes avec 5195 mètres de dénivelé et un don de CHF 1566 remis par la jeune écolière à la Fondation suisse pour paraplégiques. Un grand merci, chère Julia, pour ton admirable engagement.


     

Des selles pour l'hippothérapie

  • En 2013, l’équipementier équestre Stübben GmbH a été mandaté par Nottwil pour fabriquer une selle adaptée à la pratique de l’hippothérapie avec des paralysés médullaires. «Cette relation d’affaires particulière nous a donné l’idée, à Noël 2016, d’annoncer, au nom de nos clients, la remise de deux cadeaux sur mesure › pour les patients du Centre suisse des paraplégiques», explique Frank Stübben, directeur général de l’entreprise Stanser. Fin mars 2016, lui et son chef d’exploitation, Xaver Odermatt ont livré les selles de thérapie spécialement conçues, d’une valeur de 7000 francs, à Nottwil. Les professionnels du cheval, Robert Portmann et Erich Ackermann, ont accepté avec gratitude ce don exceptionnel. L’hippothérapie (physiothérapie avec des chevaux de petite taille) a été introduite au Centre suisse des paraplégiques en 1994. À l'écurie, sur le campus de Nottwil, huit chevaux islandais dûment formés se prêtent à l'exercice thérapeutique: les patients à dos de cheval ressentent les mouvements de l'animal qui déambule, ce qui entraîne une activation de la circulation sanguine doublée d'un renforcement musculaire et d'une décrispation des jambes et du tronc ainsi qu'une amélioration de la souplesse au niveau du bassin.