Biologie du vieillissement

La paraplégie touche de nombreux organes et systèmes. En interaction avec l’âge, l’environnement et les facteurs personnels, elle peut entraîner divers problèmes de santé. Notre groupe étudie les mécanismes biologiques sous-jacents de ces problèmes et les possibilités de nouvelles thérapies. Nous menons des recherches biologiques pour le maintien de la santé des paralysés médullaires en explorant la biologie du vieillissement comme approche de recherche de base.

Nous nous investissons dans la recherche biologique translationnelle et clinique, et ce, dans plusieurs domaines liés à la paralysie médullaire :

  • développement d’une biobanque nationale pour la recherche médullaire incluant tous les centres de paraplégie en Suisse ;
  • infection et immunité chez les paralysés médullaires ;
  • biologie des douleurs dorsales et médecine régénérative du disque intervertébral ; et
  • recherche en collaboration avec des psychologues sur la biologie de la douleur et du stress.

L’accent que nous mettons sur la biologie du vieillissement pour le maintien de la santé se reflète dans diverses activités d’enseignement et de supervision des étudiants des universités de Lucerne et de Berne.

Biology of Aging Swiss Paraplegic Research

Contact

Projets de recherche

  • La paralysie médullaire peut accélérer l’apparition de maladies multifactorielles courantes. Le taux de survie des paralysés médullaires demeure inférieur à celui de la population générale. Le vieillissement accéléré pourrait en être la raison – pour le découvrir, nous devons mieux comprendre la physiologie du vieillissement chez les paralysés médullaires. Ces connaissances nous aideront à accroître l’efficacité des interventions et des mesures de prévention possibles.

    Vu la croissance exponentielle continue de la capacité des technologies analytiques, nous avons réalisé qu’il était temps pour la recherche biomédicale sur les lésions médullaires de recueillir des échantillons biologiques prospectifs. Ainsi, nous créons la possibilité d’une recherche future de première ligne ayant un impact réel sur la pratique clinique. Fondée en 2016, la banque SwiSCI à Nottwil est la première biobanque en Suisse et dans le monde dédiée à la collecte de matériel biologique (actuellement du sang et de l’urine) de la population des paralysés médullaires. Actuellement, nous collectons des échantillons du Centre suisse des paraplégiques de Nottwil et nous menons des études pilotes logistiques en collaboration avec les centres pour paraplégiques de Sion, Bâle et Zurich.

    Le but ultime de la biobanque est d’augmenter l’espérance et la qualité de vie des personnes atteintes d’une lésion médullaire. Nous prévoyons que la Biobanque SwiSCI devienne une ressource stratégique pour la recherche interdisciplinaire collaborative sur la paralysie médullaire, ainsi que pour le développement de stratégies de prévention appropriées et de thérapies futures. Nous sommes membres de la Swiss Biobanking Platform (SBP) et nous nous conformons aux normes suisses, européennes et internationales les plus récentes afin d’assurer la haute qualité des échantillons stockés dans notre biobanque.

  • Les traumatismes médullaires sont plus fréquents chez les jeunes adultes, tandis que les lésions médullaires non traumatiques sont plus fréquentes chez les personnes âgées. Presque tous les patients souffrent de dysfonctionnement neurogène des voies urinaires inférieures et, par conséquent, la prévalence des infections récurrentes des voies urinaires (IVU) et de la bactériurie est plus élevée chez les paralysés médullaires que dans la population générale. L’invasion bactérienne déclenche la sécrétion de molécules pro-inflammatoires qui stimulent continuellement le système immunitaire et qui peuvent éventuellement contribuer au vieillissement induit par l’inflammation.

    Nous voulons savoir si une IVU récurrente affecte le système immunitaire chez les paralysés médullaires, créant un cercle vicieux entre les infections et le vieillissement. Notre objectif est également de savoir si de nouveaux traitements prophylactiques de l’infection urinaire et de la bactériurie – tels que les traitements par vaccination ou la modification du système immunitaire – doivent être appliqués.

  • Les traumatismes de la colonne vertébrale peuvent entraîner des troubles dégénératifs de la colonne vertébrale et des disques intervertébraux (DIV) qui agissent comme des coussins assurant la mobilité de la colonne vertébrale et répartissant les forces.

    Notre hypothèse est que la thérapie cellulaire par cellules souches mésenchymateuses peut être développée pour la régénération des DIV mais cela nécessite une approche interdisciplinaire. Nous suivons cette approche pour combler le fossé entre la recherche fondamentale et les applications visant à restaurer les DIV dégénérés en étudiant

    • la biologie du disque intervertébral,
    • l’ingénierie tissulaire avec des cellules souches mésenchymateuses,
    • la biomécanique des disques intervertébraux et
    • le transfert des dernières avancées dans ces domaines vers de nouvelles pratiques cliniques.

    L’interaction étroite entre experts dans les domaines de la biologie, de l’ingénierie tissulaire et de la chirurgie permettra de surmonter les problèmes qui entravent la mise en œuvre clinique des progrès en recherche fondamentale au niveau des disques intervertébraux.

Adhérez maintenant et touchez le montant de soutien pour bienfaiteurs de CHF 250 000 en cas de coup dur.

Faites un don maintenant et soutenez nos projets en faveur des paralysés médullaires.