header_1920x1080

En route avec Denise Bigler

Denise Bigler a fait une formation d’assistante socio-éducative accompagnement des personnes handicapées et travaille chez Active Communication depuis 6 ans en tant que conseillère.

Avant le premier rendez-vous avec un-e client-e, elle travaille le matin depuis chez elle. Elle prend des appels, saisit ses heures de travail de la veille et prépare les appareils dont elle a besoin pour le rendez-vous. Parallèlement, elle se renseigne en ligne dans le système SAV sur l’utilisatrice qu’elle voit plus tard. Et c’est parti.

iPad ou « Novachat » ?

Juste avant 9 heures, elle entre à l’école de pédagogie spéciale à Zofingue (AG). Ce n’est pas toujours évident de trouver tout de suite la bonne salle dans toutes ces écoles. Parfois, il est même plutôt compliqué de trouver une place pour se garer. Arrivée en salle, elle retrouve sa cliente, qui l’attendait déjà. Mia a 12 ans et est porteuse de trisomie 21. Denise rencontre la fille pour la première fois. Dans un premier temps, on évalue, avec l’entourage, les besoins de la fille et les moyens auxiliaires électroniques qu’elle pourrait utiliser. Lors de ce rendez-vous, il y a la maman de Mia, la responsable de sa classe ainsi que l’orthophoniste.

D’abord, Denise explique le programme de cet entretien de conseil et montre les appareils qu’elle a apportés – un iPad avec différentes applis de communication et l’appareil de communication « Novachat ». Mia peut tout de suite raconter via l’iPad ce qu’elle a mangé le matin et cela fonctionne très bien. Actuellement, elle recourt à un langage parlé qui est souvent incompréhensible aux personnes qui ne la connaissent pas. Via l’appli de communication installée sur l’iPad, elle peut exprimer ses besoins haut et fort et se fait comprendre par tout le monde. La conseillère prend des notes et essaie différentes choses avec Mia. Dans les différentes applis de communication, l’utilisatrice doit chercher des termes précis tandis que Denise l’observe de près. Elle voit alors tout de suite quelles applis sont idéales pour la fille. Ainsi, Mia peut faire sa pause à 10 heures

Conseil et discussion

À l’aide d’un dépliant, la conseillère explique à l’entourage le processus précis pour un équipement en moyens auxiliaires chez Active Communication. Ensemble, on fixe des objectifs pour Mia et évoque les capacités et la perception de la parole. Il y a beaucoup de questions sur les différentes applis auxquelles Denise peut répondre sans problème et de manière exhaustive. Après une brève discussion, l’entourage opte à l’unanimité pour l’appli MetaTalk qui a un vocabulaire de 3500 mots. La conseillère résume pour quoi elle va envoyer un devis à l’AI. Puis, elles discutent déjà des jours qui conviennent pour un prochain rendez-vous. Denise note tout et transmet ces infos. Il faut savoir que c’est l’équipe SAV d’Active Communication à Steinhausen (ZG) qui s’occupe de la coordination des rendez-vous. Pour terminer, elles fixent les objectifs qui devraient être atteints avec le nouvel appareil. Après deux heures, le rendez-vous touche à sa fin. Denise rédigera un rapport à l’attention de l’AI et enverra le devis.

« Le quotidien d’une conseillère n’est jamais ennuyeux, c’est super de voir comment nos clientes et clients participent à la vie sociale grâce aux moyens auxiliaires électroniques. »

Arrêts fréquents aux stations-services

Les conseillères en moyens auxiliaires sont de véritables grandes voyageuses. Denise fait de nombreux kilomètres. Elle a même commencé à dessiner ses trajets sur une carte routière. Ce qui a commencé comme une petite blague est devenu une toile d’araignée impressionnante à travers le pays. Et voilà la jauge de carburant qui se manifeste – Denise doit s’arrêter à la station-service. Le planning et la météo (fin d’été) permettent de faire une pause de midi au soleil. « Ce n’est pas toujours le cas. Parfois, on a juste le temps de manger un sandwich dans la voiture avant le prochain rendez-vous », raconte la conseillère.

« Il faut penser à beaucoup de choses et gérer son agenda. »

L’après-midi, elle a deux rendez-vous à Dättwil (AG). À son arrivée, Denise se pointe au secrétariat pour remettre du matériel pour une consœur. Le matériel sera utilisé la semaine suivante pour un autre projet. « Il faut penser à beaucoup de choses et gérer son agenda. Entre conseillères et conseillers, on s’entraide souvent. »

Extra – Emma est fière de montrer qu’elle a réussi à transmettre son emploi du temps à l’iPad.

Juste après midi, Denise a rendez-vous avec Emma. La fille a 12 ans et possède un iPad. C’est « l’entraînement final », le dernier rendez-vous lié à l’équipement en moyens auxiliaires. Sa mère et la responsable de sa classe sont aussi de la partie. Avec Denise, elles cherchent des idées comment Emma peut utiliser l’appareil concrètement dans son quotidien, p. ex. pour faire les courses dans le quartier. Toute fière, Emma montre qu’elle a même transmis son emploi du temps dans l’iPad. La conseillère le trouve « extra » et motive la fille à faire plus d’exercices dans ce style. Mais Emma n’est pas toujours aussi motivée. Aujourd’hui, elle n’a pas très envie de participer et répond à peine aux questions. Ce n’est que quand Denise mentionne cette famille de stars qu’Emma adore que la fille se réveille et sourit. « Je ne les connaissais pas, c’est Emma qui m’en a parlé », dit Denise. « Nos utilisatrices et utilisateurs nous apprennent aussi beaucoup de choses. Ainsi, grâce à une fille, je sais désormais beaucoup sur les chevaux parce qu’elle a un magnifique jeu de chevaux sur son ordinateur à la maison qu’elle me montre. Voilà comment je reste connectée. »

Programmer de nouveaux champs, assurer la sauvegarde : évident, non ?

La conseillère est demandée de montrer encore une fois comment programmer de nouveaux champs dans l’appli de communication. La maman et la responsable de la classe regardent de très près et l’essaient tout de suite – Emma étant déjà une vraie pro. Denise répond à des questions sur la structure de l’appareil et vérifie ensuite que tout le monde se souvient comment faire la sauvegarde. Puis, elles discutent du rapport final destiné à l’AI et évaluent si les objectifs sont atteints. La mère reçoit le rapport la semaine suivante par e-mail. Elle doit le signer avant de l’envoyer à l’AI. S’il faut un nouveau conseil, il faudra le demander auprès de l’AI. Denise prend congé et change de salle car le prochain rendez-vous a lieu 10 minutes plus tard.

Lea, la « PowerUser »

Le troisième et dernier rendez-vous du jour est aussi un rendez-vous final. Denise a déjà été sur place deux fois pour former l’entourage, dont l’utilisatrice chez elle. Lea a aussi 12 ans et l’attend avec sa maman et la responsable de sa classe. La conseillère lui demande si elle gère bien l’appareil. Il s’avère qu’elle est devenue une vraie pro et qu’elle maîtrise l’appareil à une telle vitesse que sa mère et son enseignante arrivent à peine à suivre. Denise explique alors tranquillement les différentes stratégies de mots ainsi que des conseils et astuces. Elle répond encore à différentes questions, c’est un échange vif.

Malheur à la cour de récréation

« Ce matin, à l’heure de la récréation, il y a eu un malheur », commence la responsable de la classe, un peu embarrassée. Lea rit un peu timidement : « On a joué au jeu du loup, et le support de l’iPad sur le fauteuil roulant s’est déplacé. » Pas de problème pour la conseillère. Elle examine le support et constate qu’une vis s’est détachée. Denise la resserrera après le rendez-vous. Ce support n’est pas idéal pour le jeu du loup parce qu’il gêne quand Lea propulse les roues. Denise a déjà des idées pour déplacer le support. Tout le monde est d’accord d’essayer la bandoulière que Denise a apportée la dernière fois. Si cela ne fonctionne pas, elle peut revoir la chose quand elle sera dans la maison pour un autre utilisateur

« Je veux danser »

Toutes ces discussions techniques entre adultes ennuient Lea – et elle le fait savoir. Elle se divertit avec son iPad. De la musique retentit tout à coup et éveille son attention. « Je veux danser », s’exclame-t-elle. Et voilà qu’elle montre son numéro de danse à tout le monde. Sa mère appuie Lea. Elle est vraiment dans son élément : pendant qu’elle danse, elle arrive même à rester debout toute seule pendant quelques instants. Tout le monde applaudit avec enthousiasme, impossible de freiner Lea. « À la maison, elle s’est entraînée devant la télé, sur ses genoux », raconte la maman en souriant.

Quand tout le monde reprend ses esprits, Denise complète le rapport final rédigé que la mère signe sur le champ.

Il est déjà 17 heures quand elles quittent l’école. Arrivée à sa voiture, Denise sort les outils pour réparer le support de l’iPad, comme promis.

« Le quotidien d’une conseillère n’est jamais ennuyeux, c’est super de voir comment nos clientes et clients participent à la vie sociale grâce aux moyens auxiliaires électroniques. »

Sur la route, Denise passe encore quelques coups de fil et raconte que son jour de travail n’est pas encore fini. « Je dois encore saisir mes heures de travail d’aujourd'hui et traiter mes e-mails. Je finalise les rapports demain quand je fais une demi-journée de bureau. On verra comment j’avance », rit-elle. « Le quotidien d’une conseillère n’est jamais ennuyeux, c’est super de voir comment nos clientes et clients participent à la vie sociale grâce aux moyens auxiliaires électroniques. »

Vous pourriez également être intéressé(e) par

Devenez membre maintenant

Votre affiliation - vos avantages - notre engagement

    • Vous touchez un montant de soutien de 250 000 francs en cas de paralysie médullaire consécutive à un accident avec dépendance permanente du fauteuil roulant.
    • Le versement s’effectue dans le monde entier.
    • Le versement du montant de soutien est rapide et simple.
    • 1,8 millions de membres font confiance à la Fondation suisse pour paraplégiques.
    • Le versement s’effectue indépendamment des prestations d’assurances et des lieux de l’accident et du traitement.
    • Les personnes domiciliées en Suisse et aussi à l’étranger peuvent adhérer.
  • La Fondation suisse pour paraplégiques est une œuvre de solidarité qui s’engage pour la rééducation intégrale des personnes blessées médullaires. Avec ses filiales et organisations partenaires, elle accompagne les personnes touchées tout au long de leur vie. La Fondation suisse pour paraplégiques soutient le Centre suisse des paraplégiques par des moyens financiers. Outre les lésions de la moelle épinière, le Centre suisse des paraplégiques traite également d’autres types de blessures au dos. 1,8 millions de personnes en Suisse déjà sont affiliées à l’Association des bienfaiteurs de la Fondation suisse pour paraplégiques

Contact

Active Communication
Sumpfstrasse 28
CH-6312 Steinhausen

T  +41 41 747 03 13
T  +41 41 747 03 12 (Service clients)
F  +41 41 747 03 04

office@activecommunication.ch