elekt.hilfsmittel_header_1920x1080

Poste de travail et logement sans obstacles au service de la liberté et de l’autodétermination

Moyens auxiliaires électroniques pour les personnes ayant un handicap

Moyens auxiliaires électroniques pour les personnes ayant un handicap

Les moyens auxiliaires électroniques et ergonomiques permettent à celles et ceux qui se heurtent aux limites que leur impose leur handicap d’exécuter un ordre ou de passer commande, de discuter par vidéoconférence, de se servir d’un ordinateur pour débusquer des informations, s’organiser et mettre des choses en place, pour leurs loisirs ou autres.

Les êtres humains sont différents les uns des autres. Les aides électroniques aussi. Les possibilités qu’elles offrent peuvent être personnalisées. Ce sont des aides précieuses pour les personnes porteuses d’un handicap, par exemple en cas de paralysie, de troubles de la vue, de l’élocution ou de la sensibilité. Les moyens auxiliaires électroniques sont subdivisés en trois grandes catégories : les moyens auxiliaires sur le poste de travail, ceux qui permettent une plus grande autonomie à la maison et ceux que l’on peut utiliser pour pallier aux difficultés sur le plan de la communication.

Pour les personnes dont le handicap se situe au niveau de la parole, il existe des appareils de communication qui retransmettent oralement les textes écrits. Pour celles et ceux qui utilisent un Smartphone, la technologie met à disposition des modules de commandes individualisés remplaçant la saisie manuelle sur l’écran. Pour les personnes qui travaillent sur ordinateur, les souris, les commandes vocales et les claviers alternatifs sont très utiles.

Plus d’autonomie et de qualité de vie

Il suffit, dans la majorité des cas, d’avoir un clavier et une souris pour se servir d’un ordinateur. Mais quand on ne peut utiliser pleinement ces « prolongements » de l’ordinateur, il faut trouver un moyen d’y remédier. Parfois, un clavier adapté, plus petit ou plus grand, une souris ergonomique adaptée ou un trackball suffisent amplement. Mais en cas de dextérité plus limitée, il existe aussi des souris qui se commandent par les mouvements de la tête, des lèvres ou des yeux. Ainsi les obstacles sont gommés et l’on peut accéder à un ordinateur s’il est doté d’un logiciel mettant à disposition un clavier visuel et différentes fonctions pour utiliser la souris. De même, des dispositifs vocaux performants qui convertissent un discours oral en un texte écrit peuvent être ajoutés. En outre, pour les personnes qui ne peuvent pas rester concentrées très longtemps ou qui fatiguent vite en lisant, l’ordinateur peut prendre en charge la lecture à voix haute de textes, d'articles ou de contenus Internet, aussi souvent que l’on le souhaite.

Les systèmes d’exploitation tels que Windows ou Mac OSX proposent d’ores et déjà de nombreux paramétrages selon la nature des handicaps. À commencer par la reconnaissance vocale intégrée ou les claviers virtuels paramétrables. Il suffit parfois d'en modifier un tant soit peu les paramètres (en adaptant p. ex. la vitesse du pointeur de la souris) pour être plus à l’aise face à son ordinateur.

«Pouvoir contrôler soi-même son environnement est décisif pour garder deux choses bien en main : la capacité d'autodétermination et la qualité de vie.»

Dispositifs de contrôle d’environnement

Les dispositifs de contrôle d’environnement simples sont en fait des télécommandes dotées de gros boutons programmables qui correspondent à un signal venant d’une autre télécommande à infrarouge ou ondes radios. Les dispositifs d’appel simples font aussi partie de cette catégorie. Exemple : il est possible pour la personne handicapée d’alerter en cas de besoin si la personne référente se trouve au sous-sol de la maison par exemple.

La plupart des dispositifs de contrôle d'environnement modernes et présentant un plus haut degré de sophistication fonctionnent à vrai dire à partir d’un Smartphone et d’un système électronique séparé que l’on peut connecter au Smartphone par le biais de Bluetooth. Avec une app intelligente munie d’une interface dûment paramétrée, les télécommandes deviennent superflues dans un grand nombre de situations : radio, télévision, mécanismes des portes, interrupteurs, ascenseurs, téléphone, redressement de la tête de lit à distance, etc. Ce qui distingue les dispositifs de contrôle d’environnement, c'est la diversité des moyens de commande. On peut par exemple se servir des objets connectés via l’écran du Smartphone par commande tactile ou avec un stylet. Il est également possible de connecter le joystick d’un fauteuil roulant au Smartphone de l’usager qui pourra naviguer avec le pointeur de la souris. Autre option : le mode de balayage à l’écran où l’appareil surligne tour à tour les différents éléments à l’écran. Ne reste ensuite qu’à appuier juste sur un seul et unique bouton lorsque l’élément désiré est sélectionné. Dès que celui-ci est activé, toutes les fonctions s’embrayent automatiquement les unes après les autres. Il suffit d’appuyer à nouveau dessus au bon moment pour que l'action souhaitée s'accomplisse. Cette solution avec un seul bouton à toucher sur le Smartphone est très intéressante pour les personnes qui ont un très lourd handicap moteur.

Les aides à la communication suppriment presque toutes les entraves à la communication

Toute personne qui a très peu de moyens d’expression par la voix et l’écrit peut recourir à des aides techniques de manière à pouvoir communiquer avec son entourage. C'est un droit. Parmi les appareils de communication, on trouve les ordinateurs ou les tablettes qui donnent une voix aux personnes privées de la parole et de la possibilité d’écrire, par le biais d’une synthèse vocale qui retranscrit le texte écrit sur un clavier ou par le biais d’icônes à l’écran. Cette opération de conversion a lieu via le pointeur de la souris ou via les mouvements de la tête ou des yeux qui permettent de taper ce que l’on veut à l’écran.

Les systèmes complets d'aide à la communication ont des haut-parleurs intégrés, des fixations pour s’arrimer à des supports de table ou au sol ainsi que des potences pour fauteuil roulant. Les fonctionnalités de l’environnement peuvent être asservies à un module émetteur intégré grâce à une télécommande, elle-même intégrée dans l’interface de communication. Par ailleurs, un Smartphone peut aussi y être connecté de manière à ce que le téléphone et les fonctionnalités telles que les textos puissent être utilisés via l’appareil d’aide à la communication.

Démarches pour la fourniture de moyens auxiliaires chez Active Communication

Avant toute évaluation par un conseiller d’Active Communication (AC), il faut déposer une demande auprès de l’assurance-invalidité (AI). Pour ce faire, l’assuré ou une personne de son entourage remplit un formulaire simple qui doit être envoyé à l’assurance-invalidité du canton. Cette dernière examine la demande et mandate AC pour procéder à l’évaluation. Lorsque AC a terminé l’évaluation sur place, un rapport est rédigé par AC et envoié à l’AI, accompagné d’un devis listant les appareils nécessaires à l’installation, tout comme la formation et l’entraînement pour savoir les utiliser.

Si l’AI donne son aval, l’assuré et AC reçoivent la garantie de paiement. Puis, l’installation du matériel peut démarrer ainsi que la formation sur place. Dès que la phase d’essais s’avère concluantes, la mise en place prend fin. Par la suite, les réparations ont lieu rapidement et sans difficulté. AC propose un service complet de support, de suivi et de maintenance afin que les utilisateurs puissent jouir pleinement et durablement de leur matériel, une fois l’installation et l’acclimatation terminées. Cela vaut aussi lorsque leurs besoins évoluent par la suite.

202007_ac-grafik-hilfsmittelversorgung-fr

Une fois à la retraite, les personnes concernées n’ont plus droit aux prestations de l’AI. Mais étant donné que la maladie, le droit de pouvoir communiquer et d’être autonome ne s’arrêtent pas à l’âge de 64 ou 65 ans, nous tenons à garantir la fourniture de moyens auxiliaires optimaux. Soit les personnes concernées financent elles-mêmes les appareils et les prestations soit AC les aide à trouver des solutions de financement alternatives.

Y a-t-il des limites en matière de fourniture de moyens auxiliaires ?

En fait, non. On peut se servir d’un ordinateur, de commandes par Smartphone ou d’appareils d’aide à la communication dès lors que l’on est en mesure de faire un mouvement de la main, de plisser le front, de dodeliner de la tête, de bouger son gros orteil ou d'activer un bouton par un geste ou un son. L’utilisation de moyens auxiliaires électroniques se heurte à certaines limites, à savoir quand le handicap moteur est tel que plus aucune motricité n'est possible, pas même au niveau des yeux, ce qui exclue toute commande oculaire. Mais il s’avère extrêmement rare que l’équipe d’AC ne trouve pas de solutions permettant un gain d’autonomie ou d'autres possibilités de communiquer. Par la force de la volonté, on trouve le(s) moyen(s) d’agir. En tout cas, cela vaut toujours la peine de se faire conseiller par AC.

Vous pourriez également être intéressé(e) par

Devenez membre maintenant

Votre affiliation - vos avantages - notre engagement

    • Vous touchez un montant de soutien de 250 000 francs en cas de paralysie médullaire consécutive à un accident avec dépendance permanente du fauteuil roulant.
    • Le versement s’effectue dans le monde entier.
    • Le versement du montant de soutien est rapide et simple.
    • 1,8 millions de membres font confiance à la Fondation suisse pour paraplégiques.
    • Le versement s’effectue indépendamment des prestations d’assurances et des lieux de l’accident et du traitement.
    • Les personnes domiciliées en Suisse et aussi à l’étranger peuvent adhérer.
  • La Fondation suisse pour paraplégiques est une œuvre de solidarité qui s’engage pour la rééducation intégrale des personnes blessées médullaires. Avec ses filiales et organisations partenaires, elle accompagne les personnes touchées tout au long de leur vie. La Fondation suisse pour paraplégiques soutient le Centre suisse des paraplégiques par des moyens financiers. Outre les lésions de la moelle épinière, le Centre suisse des paraplégiques traite également d’autres types de blessures au dos. 1,8 millions de personnes en Suisse déjà sont affiliées à l’Association des bienfaiteurs de la Fondation suisse pour paraplégiques

Devenir membre
Devenir membre

Adhérez maintenant et touchez le montant de soutien pour bienfaiteurs de CHF 250 000 en cas de coup dur.

Devenir membre
Dons
Dons

Faites un don maintenant et soutenez nos projets en faveur des paralysés médullaires.

Dons
Contact

Active Communication
Sumpfstrasse 28
CH-6312 Steinhausen

T  +41 41 747 03 13
T  +41 41 747 03 12 (Service clients)
F  +41 41 747 03 04

office@activecommunication.ch