Accessibilité

Pour les personnes blessées médullaires, les obstacles majeurs qui se dressent sur leur chemin ont trait à l’environnement et aux transports. La réinsertion d’une personne touchée par la paralysie dépend de sa capacité à surmonter ces barrières-là.

La convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (CDPH) souligne en particulier l’importance de l’accessibilité, bâtiments et transports inclus. L’accessibilité est garante du droit de mener une vie indépendante et de participer pleinement à tous les domaines de la vie. Les mesures visant à améliorer l'accessibilité devraient idéalement tenir compte de tout l’éventail des besoins des personnes paralysées médullaires. Voici quelques arguments.

Il est décisif d’aménager le logement de la personne paralysée médullaire de manière à ce qu’il soit accessible en fauteuil roulant, faute de quoi celle-ci ne peut ni se mouvoir à sa guise dans l’environnement qui lui est familier, ni emprunter les transports en commun et elle n’a accès ni au travail ni à la formation ni aux activités sociales.

Les pays ayant ratifié la CDPH sont tenus d’étayer leurs avancées en fournissant la preuve de leurs réalisations pour atteindre une accessibilité pleine et entière.

Du reste, généraliser l’accessibilité en fauteuil roulant des lieux quels qu’ils soient, c'est également faciliter les déplacements du reste de la population.

Aménager le logement des personnes paralysées médullaires de manière à ce qu’il soit accessible en fauteuil roulant est décisif pour que celles-ci puissent se mouvoir librement dans l’environnement qui leur est familier.

kochen

Barrières auxquelles sont confrontées les personnes paralysées médullaires

  • bad-umgebaut

    Salle de bain aménagée de manière à ce que les personnes touchées par la paralysie puissent être autonomes dans leurs faits et gestes.

    Le lieu où l’on se sent chez soi est l’endroit le plus important dans la vie des êtres humains. Dès lors qu’une personne paralysée médullaire a des obstacles à surmonter chez elle, comme des marches, une salle de bain trop exigüe ou des éléments de cuisine inaccessibles, cela pose problème, surtout si ces personnes sont contraintes de rester hospitalisées pour ces raisons-là. Un chez-soi accessible est in fine moins onéreux pour les personnes touchées et plus profitable du point de vue de leur santé. Cela signifie des dépenses en moins puisqu’on est moins dépendant du personnel soignant.

    Le manque de logements accessibles en fauteuil roulant est un problème dans le monde entier. Les habitations à loyer modéré pourraient être une solution alternative face au manque de logements adéquats. Mais, leur accessibilité en fauteuil roulant est pour la plupart d’entre eux insuffisante et, quand elle est suffisante, ils sont occupés par des personnes valides.

    Mesures possibles

    Certaines adaptations minimes améliorent grandement l’environnement domestique

    • Rampes d’accès et autres plans inclinés
    • Revêtements de sol à faible coefficient de friction
    • Plans de travail inclinés

    Certains autres aménagements sont plus onéreux :

    • Monte-escalier
    • Ascenseur
    • Interphone
    • Contrôle d’environnement

    L’idéal serait de mettre des informations à la disposition des constructeurs telles que l’importance des dégagements et débattements s’il faut procéder à des aménagements de logement accessibles en fauteuil roulant après coup. Les architectes devraient en outre inclure la faisabilité de l'accessibilité dans les constructions nouvelles.

  • treppenlift

    Les rampes et rambardes aident à monter les marches.

    L'accès aux transports en commun est nécessaire pour accéder à la formation, au marché du travail et aux activités sociales. Bien souvent, les transports publics sont hélas peu accessibles aux personnes blessées médullaires. On constate bon nombre d’insuffisances.

    • Pas assez de rampes d’accès
    • Pas assez d’ascenseurs
    • Pas assez de ceintures de sécurité

    La sécurité et la maintenance sont insuffisants. Il n'est pas rare que les chauffeurs ne sachent pas utiliser les aides techniques disponibles, facilitatrices de l’accès.

    Il existe d’autres entraves.

    • Réserver un taxi ou un billet de train pour une personne en situation de handicap car cela doit parfois être fait plusieurs jours à l’avance, ce qui met à mal indépendance et flexibilité.
    • Posséder sa propre voiture peut être une solution alternative. Encore faut-il que cela soit possible techniquement et financièrement. Les frais d’aménagement d’un véhicule et autres examens de capacité à conduire, etc. sont parfois trop lourds à porter pour les personnes concernées.
    • Les aéroports et les compagnies aériennes devraient être dotés d’installations permettant aux personnes blessées médullaires de prendre l'avion. Bien souvent, les toilettes à bord des appareils ne sont pas accessibles en fauteuil roulant.

    Tous ces problèmes pratiques sont liés aux lacunes inhérentes aux systèmes. Même si les lois l’exigent explicitement, mobilité et accessibilité aux transports publics sont loin d’être la règle.

    La meilleure façon d’améliorer l'accès aux moyens de transport en commun est de le faire entériner par des mesures politiques d’envergure et de désigner une autorité administrative chargée d’en contrôler l’application, tout y faisant participer des personnes en situation de handicap. Il est évidemment plus judicieux et moins coûteux d’intégrer dès la conception des moyens de transport la possibilité de procéder à des ajustements de façon à les rendre accessibles en fauteuil roulant plutôt que de devoir effectuer des aménagements ultérieurement.

  • Quand on se déplace en fauteuil roulant, il faut être organisé et prendre ses dispositions au préalable. Il faut aussi faire preuve de flexibilité et de créativité. Il convient d’informer ses interlocuteurs à l’avance qu’on est en fauteuil roulant et quels besoins on a.

    L’on trouve des hébergements accessibles en fauteuil roulant sur Internet, mais ils ne sont pas toujours faciles à trouver sur la page d’accueil des hôtels. Attention.

    • Ce qui se cache derrière les mentions « adapté aux fauteuils roulants » et « accès personnes handicapées » peut varier fortement d’un endroit à l’autre.
    • Il est vivement recommandé de demander des précisions quant à l'accessibilité concrète de la chambre ; présence de marches ou non aux abords directs de l'entrée, largeur des portes, couloirs et corridors dans la chambre même (rayon de débattement pour manœuvrer le fauteuil roulant), hauteur du lit, siège de douche, parfois chaise de jardin dans la douche, etc.

    Les sites Internet ou applis de voyages en fauteuil roulant sont d’une aide certaine. Wheelmap.org par exemple permet de voir si la destination choisie y est répertoriée comme étant accessible en fauteuil roulant.

    Il existe également des voyagistes spécialisés pour les personnes en fauteuil roulant. L’Association suisse des paraplégiques par exemple propose son propre catalogue de voyages ainsi que des conseils en la matière.

    Transports en commun – train / bus / bateau

    De nos jours, les transports en commun sont pour beaucoup accessibles en fauteuil roulant. Il est néanmoins conseillé de se renseigner au préalable.

    • Quel est le degré d’accessibilité du train, du bus ou du bateau ?
    • Faut-il préciser son heure d’arrivée à l'avance (souvent prévenir 24 heures avant par téléphone) ?
    • Comment se présente l'accès au quai ? De plain-pied ou surélevé ? Y a-t-il un monte escalier ?
    • Les toilettes sont-elles accessibles en fauteuil roulant ?

    En avion

    reisen-im-rollstuhl-flughafen

    La plupart des aéroports proposent des prestations pour les personnes à mobilité réduite.

    De nos jours, les aéroports ont dans leur grande majorité uniformisé les prestations destinées aux personnes ayant un handicap. En règle générale, une organisation est sur place pour accompagner les passagers à mobilité réduite du guichet d’enregistrement jusqu’à l’embarquement.

    transferstuhl-in-flugzeug

    « Aisle Chair » pour embarquer

    • Avant de monter à bord de l’appareil, il faut se transférer dans une « Aisle Chair ». C’est une chaise étroite à roulettes qui permet au personnel de bord de passer dans l’allée centrale et de mener les personnes blessées médullaires à leur place.
    • Le personnel aide le passager à monter et descendre de l’appareil et à mettre ses bagages en lieu sûr. En revanche, aucun soin n'est prodigué à bord, ni aux toilettes ni là où la personne a pris place à bord. 

    Toilettes publiques

    Les médias numériques permettent de trouver des toilettes accessibles en fauteuil roulant. 

    • Il existe des applis WC spéciales sur Smartphones ou des pages Internet qui permettent de dénicher des toilettes pour bien des destinations.
    • En Suisse, en Allemagne, en Autriche et en Tchéquie, l’« Euro Key » est très répandue. Cette clé permet non seulement d'emprunter les toilettes pour personnes porteuses d’un handicap mais aussi les monte-escaliers. Il existe en outre une appli Smartphone où l’on peut même visualiser les lieux concrets.
  • kopfsteinpflaster-fahren

    Les rues pavées peuvent barrer l'accès aux lieux et bâtiments publics.

    Lorsque ces derniers ne sont pas accessibles, c’est une entrave à la participation à la vie en société des personnes blessées médullaires. Voici les espaces principaux qui devraient être accessibles aux personnes en fauteuil roulant.

    • Les parcs publics
    • Les accès aux bâtiments 
    • Les rampes d'accès inclinées
    • Les entrées
    • Les toilettes

    Autres facteurs limitant l’accessibilité aux bâtiments publics

    • Les portes et poignées manquantes : souvent trop difficiles à ouvrir pour les personnes blessées médullaires
    • Trottoirs irréguliers ou déformés
    • Rues pavées
    • Passages étroits
    • Terrain pentu
    • Bordures de trottoir hautes (absence de bateau)

    C'est bien d’avoir des lois, des normes et des concepts politiques. Encore faut-il les mettre en œuvre, sinon cela ne sert pas à grand-chose. Force est de constater que les facteurs limitant ou barrant les accès sont nombreux.

    • Absence de cadre réglementaire et de standards d’accessibilité
    • Nombre limité des protocoles de mise en application
    • Manque de ressources financières
    • Limites institutionnelles posées par l’insuffisance ou l’absence de collaboration entre les différentes autorités, y compris avec le secteur public et privé
    • Sensibilisation insuffisante de la population au regard des besoins d’accessibilité et des avantages que cela implique à tous les niveaux
    • Non sollicitation de l’avis des personnes concernées dans les processus de d’élaboration et de conceptualisation politiques

    Autres liens en rapport avec cette thématique

La Fondation suisse pour paraplégiques soutient les efforts qui sont faits pour améliorer l’accessibilité

hindernisfreies-bauen

La Fondation suisse pour paraplégiques soutient financièrement l’aménagement des logements.

L’ambition de la Fondation suisse pour paraplégiques est claire et nette : la réadaptation intégrale ainsi que l’accompagnement à vie et la réinsertion impliquant également de gommer les barrières et obstacles qui se mettent en travers du chemin des personnes paralysées médullaires et de s’abstenir d’en ériger d’autres. C’est impératif pour la qualité de vie de celles-ci, pour qu’elles puissent mener une vie autonome et autodéterminée. D’ailleurs, l’Association suisse des paraplégiques a un service nommé Construire sans obstacles en interne et propose son aide à ces personnes, notamment dans le domaine des activités de sport et loisir.

« Construire sans obstacles » a des effets sociaux fort positifs car cela permet de maintenir à domicile plus longtemps les personnes en fauteuil roulant et les personnes âgées

  • On pense souvent que les constructions accessibles aux personnes à mobilité réduite coûtent plus cher. Une idée préconçue qui est fausse. En effet, ce qui compte, c'est de prévoir les aménagements éventuels dans la conceptualisation même des bâtiments accessibles en fauteuil roulant ou pour personnes handicapées.

    Le Centre Construire sans obstacles est reconnu par l’Office fédéral des assurances sociales en tant que centre de compétence. Les prestations suivantes font partie du catalogue de prestations.

    • Conseil pour les projets de construction individuels
    • Réunion avec les personnes handicapées / propriétaires / maîtres d’ouvrage / patients des cliniques de réadaptation
    • Inspection  / reconnaissance in situ
    • Rédaction des procès-verbaux au détail près, en adéquation avec les esquisses tenant compte des spécificités propres à chacun
    • Contrôle des concepts et / ou des plans
    • Élaboration des budgets / prix budgété et / ou détermination des frais de construction sur la base des devis
    • Planification des travaux d’aménagement et de construction à tous les niveaux
    • Gestion des travaux de construction (accompagnement et surveillance)
    • Contrôle final et livraison clés en main
    • Conseil en cas d’achat ou de vente de biens immobiliers accessibles en fauteuil roulant
    • Rédaction et envoi de documentations
    • Relais pour trouver un logement pour personnes à mobilité réduite
    • Travail de relations publiques
    • Collaboration avec les administrations et l’AI
    • Expertises et rapports spécialisés pour le compte du centre Construire sans obstacles

    « Construire sans obstacles » a des retombées sociales fort positives car cela permet de maintenir à domicile plus longtemps les personnes en fauteuil roulant et les personnes âgées. En somme, tous ces efforts permettent d’éviter d'avoir à placer les personnes concernées dans des foyers et, dans le même temps, les coûts sociaux sont beaucoup moins élevés.

  • Les activités sociales constituent un pan important de la vie. Les personnes blessées médullaires peuvent pratiquer un grand nombre de hobbies et de sports, y compris le kitesurf ou la descente en trottinette, à condition qu’elles aient des moyens auxiliaires adaptés. On peut avoir différents types de hobbies.

    • Rencontrer des gens
    • Se découvrir de nouvelles facultés
    • Améliorer sa santé
    • Relever un défi et renforcer sa confiance en soi

    Les patients peuvent découvrir différents sports, leur créativité et individualité dès le début de leur séjour au Centre suisse des paraplégiques de manière à trouver ce qui leur plaît et leur convient. C’est aussi l’occasion de voir et d’apprendre à surmonter les éventuels obstacles.

    Autres liens en rapport avec cette thématique

Tauchen Sie in weitere Wissenswelten ein

Devenir membre
Devenir membre

Adhérez maintenant et touchez le montant de soutien pour bienfaiteurs de CHF 250 000 en cas de coup dur.

Devenir membre
Dons
Dons

Faites un don maintenant et soutenez nos projets en faveur des paralysés médullaires.

Dons