Kurt Galliker Schweizer Paraplegiker-Zentrum Employer Branding Blog

Le Géo Trouvetou de Nottwil

« Baisser les bras, ce n’est pas mon genre », lâche Kurt Galliker, chargé de l’adaptation des fauteuils roulants chez Orthotec, à Nottwil. Sa motivation? Trouver la meilleure solution qui soit. Dans son bureau à l’atelier, on ne peut être qu’admiratif face aux réalisations dont il nous montre les photographies. Un parcours l’a particulièrement bouleversé.

Texte: Peter Birrer
Photographies: Beatrice Felder

Kurt Galliker Employer Branding Blog Schweizer Paraplegiker-Zentrum

Kurt Galliker est responsable Construction fauteuils roulants fabrications spéciales chez Orthotec. Son équipe et lui ont banni le mot impossible de leur vocabulaire.

    • Qu’est-ce qu’il y a de particulier dans ton travail ?

      L’aspect particulier de mon travail est sûrement la fabrication de choses que l’on ne peut pas commander facilement. Je peux faire des pièces uniques pour le patient qui correspondent à ses besoins et qui lui permettent de gagner en autonomie. Si la solution fait ses preuves et que je vois qu’elle l’a aidé, cela me satisfait énormément. La collaboration intense et très personnelle avec le patient est toujours très particulière, un travail passionnant pour mon équipe et moi. Je suis reconnaissant de pouvoir travailler dans cette entreprise exceptionnelle et de mettre en œuvre mes idées pour contribuer à la qualité de vie de nombreuses personnes.

    • Quels sont les défis de ton travail ?

      Je ne peux pas sortir des plans tout faits du tiroir, mais je dois toujours réinventer la poudre en quelque sorte. Contribuer à différents projets impliquant tout le groupe comme la fabrication d'une plateforme élévatrice à colonnes télescopiques pour la nouvelle salle d’entraînement, est aussi un grand challenge. Un autre sujet important est le développement d’appareils de sport et le soutien de nos sportives et sportifs, des travaux très passionnants et responsables.

    • «Aujourd’hui, j’ai été utile…
      parce qu’à Nottwil, il y a beaucoup de gens que je peux aider, et que je veux faire tout ce qui est en mon pouvoir pour améliorer autant que possible leurs conditions de vie. »

Pas un travail, une vocation

Kurt Galliker qui a grandi à la ferme a appris tôt à se servir de machines. Après son apprentissage de mécanicien auto, il travaille dans un garage qui vend des Ferrari, et se rend vite compte que les clients fortunés et les voitures de luxe ne lui conviennent guère. Aimant le contact et mû par le désir d’aider, il se spécialise. Voilà vingt-deux ans déjà qu’il a débuté chez Orthotec, filiale de la Fondation suisse pour paraplégiques.

«C’est un privilège pour moi de travailler dans un endroit où l’humain est au centre de tout et où l’on prend les problèmes au sérieux. En plus, il faut faire appel à sa créativité, c’est extra. »

Joystick actionné par la lèvre inférieure

Le patient en question, qui avait conservé des fonctions motrices uniquement dans la lèvre inférieure et les cuisses, suite à une lésion cervicale, était dans l’incapacité totale de se déplacer par lui-même en fauteuil roulant. Kurt Galliker a longuement réfléchi. Puis, un jour, ça a fait tilt : fixer un support en fibres de carbone sur les branches de lunettes du patient et y installer un mini-joystick manœuvrable via sa lèvre inférieure. On ne trouve peut-être pas tout de suite la solution optimale, mais il faut impérativement un progrès pour la personne touchée, estime-t-il. Grâce à ce système de pilotage et deux boutons qui s’activent au niveau des cuisses, le patient est en position d’utiliser son ordinateur de manière autonome, et même de jouer au hockey en fauteuil roulant électrique. Résultat? Une vie changée. Du tout au tout. Kurt Galliker, lui, souligne à quel point c’est gratifiant de sentir la reconnaissance de cet homme si heureux d’avoir récupéré une bonne dose d’autonomie.

Kurt Galliker Employer Branding Blog Schweizer Paraplegiker-Zentrum
Kurt Galliker Employer Branding Blog Schweizer Paraplegiker-Stiftung

Fonctionnel et esthétique

Quand le champ des possibles est épuisé, il intervient, même si, poursuit-il, il n’a pas le monopole des idées géniales. Non, c’est le travail d’équipe qui prévaut. Et d’ajouter: « Souvent, c’est en discutant qu’on trouve ». Puis, le regard se pose sur la photo d’un prototype de fauteuil roulant de course développé en équipe : chaussé de roues 20 pouces pour enfant. Il n’y a pas photo. À Nottwil, ils sont une douzaine de mécaniciens. Les engins qu’ils mettent à disposition doivent être fonctionnels et irréprochables techniquement. Le côté esthétique aussi a toute son importance pour Kurt Galliker. La preuve ? Ce fauteuil pour enfant hyper cool.

Ceci pourrait également vous intéresser

Travailler chez le Groupe suisse pour paraplégiques

Adhérez maintenant et touchez le montant de soutien pour bienfaiteurs de CHF 250 000 en cas de coup dur.

Faites un don maintenant et soutenez nos projets en faveur des paralysés médullaires.