Des robots qui mettent en mouvement des muscles paralysés, des dispositifs d'aide à la marche qui remplacent le fauteuil roulant : les technologies d'assistance progressent et les attentes en matière d'inventions innovantes sont importantes. Objectif : La technologie aide les personnes handicapées de manière optimale et leur facilite la vie.

Le Centre suisse des paraplégiques (CSP) soutient l’EPF sous la forme d’une collaboration dans le développement de l’aide à la marche robotisée «Varileg».


Utile en thérapie 

Au CSP, la robotique fait déjà partie du quotidien thérapeutique : La technologie d’assistance fait partie intégrante de la rééducation des personnes atteintes de paralysie médullaire. La robotique aide les patients à retrouver leur motricité. Nous l’utilisons également dans le domaine thérapeutique pour soulager la spasticité et la douleur par exemple. En principe, un appareil aide le patient à effectuer un mouvement qu'il ne pouvait pas effectuer sans soutien technique.

La robotique est particulièrement utile lorsque les nerfs et les muscles fonctionnement encore partiellement. L'objectif est de les réveiller et de les faire travailler. Le système nerveux peut être activé grâce à de nombreuses répétitions. «Il apprend en répétant le même mouvement des milliers de fois.»

 

La robotique aide les patients à retrouver leur motricité.

Soulagement au quotidien

La robotique ne peut pas faire de miracle. Qu’un patient apprenne à marcher entièrement avec un Lokomat ou Motionmaker n’est, dans la plupart des cas, pas possible et pas le but. Pour chaque patient, il s'agit d’atteindre des objectifs que nous avons fixés. Il peut s'agir de parvenir à se retourner dans son lit ou à lever légèrement les jambes lors du transfert du fauteuil roulant à la voiture. Ou encore d’apprendre à amener la fourchette à la bouche pour un tétraplégique. Ce sont toutes des compétences importantes qui représentent un grand soulagement au quotidien pour les paralysés.

Différents appareils robotisés sont utilisés au CSP :

  • Le Lokomat permet aux patients de marcher sur un tapis roulant d’exercice sans s’appuyer tout le poids du corps car ils sont suspendus dans un appareillage spécial qui les soutient par un système de robotique fixé aux jambes. Le robot fait alors le mouvement des pas et la personne essaie de le suivre dans la mesure du possible.

  • Grâce à l’exosquelette et l’aide de deux personnes aidantes et des cannes, le patient est en mesure de faire des pas lentement. La machine détermine le mouvement, la personne para ou tétraplégique bouge ses jambes à l’aide du robot. L’objectif n’est pas uniquement de pouvoir de marcher de nouveau. L’appareil a de nombreuses qualités : la marche debout est bonne pour la circulation sanguine et elle permet aux personnes blessées médullaires d’avoir un meilleur sens de l’équilibre. Elle atténue aussi les crampes dans les muscles paralysés. La spasticité et les crampes sont ainsi diminuées. Elle peut même aider à améliorer la position assise droite dans le fauteuil roulant. Et les douleurs névralgiques peuvent être améliorées grâce à l'exosquelette.

  • Les tétraplégiques qui ne peuvent pas bouger leurs bras, ou uniquement de manière limitée, peuvent recourir à des robots pour les membres supérieurs. Ces derniers supportent alors le poids des bras pour permettre au patient de faire les différents mouvements le plus aisément possible. Les appareillages sont liés à un ordinateur et le patient commande un jeu vidéo avec ses mouvements. Cela permet de renforcer le bras et d’améliorer la coordination. Les robots pour les membres supérieurs aident à réactiver les fonctions restantes des muscles.

  • Le Motionmaker est un appareil avec lequel le patient effectue des mouvements d’extension, de flexion et de bicyclette avec les jambes. Les mouvements sont alors initiés par la stimulation électrique, via des électrodes collées sur les jambes des patients. La stimulation électrique stimule les nerfs et les légères décharges électriques provoquent une contraction du muscle. En suspendant la stimulation électrique, le muscle se décontracte – et déclenche le mouvement. L’appareil stimule et renforce aussi les muscles paralysés, ce qui peut être utile pour le muscle du fessier. En effet, les muscles forment ainsi un coussin naturel, ce qui prévient les points de pression.

Nos spécialistes

  • Ines Bersch-Porada

    Responsable centre FES international et responsable robotique

  • Dr méd. Michael Baumberger

    Médecin-chef Paraplégiologie et médecine de rééducation

  • Diana Sigrist-Nix

    Responsable Rééducation

Contact

Heures d’ouverture du secrétariat

du lundi au jeudi :
8h00 - 12h00
13h00 - 17h00

Vendredi :
8h00 - 12h00
13h00 - 16h00

Devenir membre
Devenir membre

Adhérez maintenant et touchez le montant de soutien pour bienfaiteurs de CHF 250 000 en cas de coup dur.

Devenir membre
Dons
Dons

Faites un don maintenant et soutenez nos projets en faveur des paralysés médullaires.

Dons