Déclaration en faveur des personnes blessées médullaires en cas de triage en raison de la pandémie de Covid-19

01.12.2020

Le manque de ressources disponibles dans les unités de soins intensifs représente une conséquence possible de la pandémie du SARS-CoV-2 (pandémie de Covid-19). En cas de manque de ressources, les médecins pourraient se trouver dans l’obligation de choisir, en fonction des critères de triage de l’Académie suisse des sciences médicales (ASSM), qui peut être soigné aux soins intensifs et qui ne le peut pas.

Dans la recommandation de triage mise à jour, les directives de l’ASSM indiquent explicitement que les personnes en situation de handicap ne doivent pas faire l’objet de discrimination dans la répartition des ressources disponibles. Le « pronostic à court terme » constitue le facteur décisif.

Comme aide à la décision, l’ASSM mentionne notamment des directives anticipées si disponibles ainsi que des facteurs individuels tels qu’un arrêt circulatoire non observé, des tumeurs solides métastatiques avec une espérance de vie inférieure à 12 mois et des maladies neurodégénératives graves, une démence grave ou des dommages neurologiques irréversibles. En outre, l’ASSM s’est penchée sur la question de la fragilité et propose une « échelle de fragilité clinique » comme aide à la décision. Dans cette échelle, la dépendance à une tierce personne représente un critère pour une classification plus élevée et, ainsi, une raison de ne pas traiter la personne concernée en cas de manque de ressources. Cela a pour conséquence que les personnes blessées médullaires, entre autres, seraient très souvent exclues d’un traitement aux soins intensifs, même si le pronostic à court terme avec une bonne connaissance de leur situation médicale et de vie les placerait très certainement dans le groupe des personnes à traiter. La mortalité chez les personnes avec une paraplégie bien prise en charge n’est que légèrement plus importante que chez les personnes sans lésion médullaire.

Tout comme l’OMS, les Nations unies et le Conseil de l’Europe, la Société suisse de paraplégie (SSoP) est préoccupée par les conséquences possibles dans le traitement des personnes en situation de handicap. La SSoP soutient donc pleinement le bref rapport et les exigences d’Inclusion Handicap.

Recommandation urgente de la SSoP

La Société suisse de paraplégie encourage toutes les personnes touchées de discuter de leurs volontés avec leurs proches et de les mettre par écrit dans les directives anticipées.

En cas de question durant un traitement aux soins intensifs, notamment aussi en cas de triage, les centres pour paraplégiques sont disposés à donner des informations complémentaires sur la situation médicale et personnelle de la patiente ou du patient et à dispenser des conseils sur la suite de la procédure. Les personnes ayant une lésion médullaire sont pour la plupart reliées à un centre pour paraplégiques et de nombreuses informations médicales et personnelles y sont connues. Si les patient-es souhaitent une telle assistance, elles et ils doivent mettre leur volonté par écrit dans les directives anticipées ou en faire part à leurs proches. Les unités de soins intensifs peuvent ensuite prendre contact avec le centre pour paraplégiques en question.

 

Cette volonté peut être formulée ainsi dans les directives anticipées :

« Pour le cas où je me trouve dans une situation d’incapacité de discernement, j’aimerais, en cas de triage des patients, d’une situation médicale instable ou d’une incapacité de discernement, que mon centre pour paraplégiques (nom et adresse du centre pour paraplégiques) soit contacté afin d’obtenir des renseignements sur mon état général. »

Plus d’informations sur ce sujet

Devenir membre
Devenir membre

Adhérez maintenant et touchez le montant de soutien pour bienfaiteurs de CHF 250 000 en cas de coup dur.

Devenir membre
Dons
Dons

Faites un don maintenant et soutenez nos projets en faveur des paralysés médullaires.

Dons